Si seulement

 

semerdesgrainesdecoeur

Si seulement…

 

Si seulement les gens pouvaient ouvrir leur cœur, leur conscience, comprendre qu’il y a bel et bien une vérité , une vérité ancrée dans leur âme et dans leur conscience..

Si seulement les gens pouvaient comprendre qu’il ne sert à rien de combattre dans la colère mais à ETRE le changement dans la paix.

Si seulement les gens pouvaient utiliser leur cœur avant leur ego et même, leur raison.

Si seulement les gens apprenaient que lâcher le mental et toute forme de jugement, est nécessaire d’un point de vue spirituel, mais que de ne jamais rien juger peut nous éloigner de la compassion.

Si seulement les gens apprenaient à utiliser leur raison et leur jugement pour des choses importantes, belles et justes, avant de juger leur prochain.

Si seulement  les gens pouvaient laisser de côté cette spiritualité  divertissante  qui a envahi la toile, et qui nourrit encore et toujours des « formes – pensées » liées à l’ombre.

Si les gens gardaient toujours cette lucidité de la dualité existant en chaque être, ils seraient plus compatissants et jugeraient selon leur cœur.

Comment faire comprendre que le jugement en conscience peut aider à dévisser des systèmes qui nourrissent  ces forces négatives qui nous encerclent et nous tiennent de plus en plus prisonniers ?

Si seulement les gens pouvaient comprendre que servir l’amour, c’est servir l’unique volonté de Dieu, nous aimer.

Si les gens ouvraient leurs yeux et comprenaient que tant que des stars seront adulées simplement pour des raisons superficielles et des personnes bienveillantes critiquées, méprisées,  ou au mieux ignorées, parce que « imparfaites », le monde tournera à l’envers.

Si les gens prenaient enfin conscience de tout cela alors le monde changerait, les gens laisseraient leur ambition de vouloir faire gagner l’argent, leur ego, et leur idéal matérialiste.

Servir l’amour, c’est ETRE dans la compassion, la paix, l’amour, en faisant de son mieux, en aidant selon son cœur, sa conscience, ses connaissances.

Cela ne veut pas dire être parfait, cela ne veut pas dire ne pas faire d’erreurs, cela ne veut  pas dire que j’ai raison, mais en mon âme et conscience, c’est ce que je ressens.

Je vous aime.

Aiden

 

Publicités

Une réflexion sur “Si seulement

  1. Article vraiment très agréable on se sent comme enveloppé dans un voile de douceur.

    Oui, si seulement, les gens si désespérés, ou blasés, pouvaient voir ce que montrent pourtant au détour d’un chemin, un visage, un oiseau, une fleur.
    Si seulement, nous abandonnions tous nos rêves de grandeur, idéal de soi chimérique, élitisme inventé par l’ombre.
    Si seulement, nous prenions soin les uns des autres au lieu de se martyriser (entre nous et nous même) à la recherche d’un hypothétique pouvoir perdu, que pourtant personne n’a jamais eu.

    Si seulement, les gens savaient vraiment ce qu’est aimer, plus jamais ils n’oseraient lever la main ou le ton sur quiconque.

    Pareillement, je vous aime tous, vous faiblesses, la fragilité de la vie, les petits choses des petites gens qui ne se prennent pour personne, qui vivent et s’angoissent pour un rhume, une tristesse, de ceux qui gravitent dans leur vie.
    Tout ceux qui ignorent ce qui se passe à l’autre bout de la terre, car trop occupés à regarder autour de eux, mais qui accueillent le passant sans lui poser de question, lui donnent une soupe, et le laissent repartir.
    Tous ceux qui vont pousser l’affligé à se lever, avancer, car ils savent que l’immobilité appelle la mort et parfois l’enfer (immobilité totale).
    Tous ces gens, je les aime, car ce sont eux qui parlent le mieux de Dieu.

    J’aime aussi ceux qui voudraient partager un peu de leur lumière, ceux dont le souci est d’apporter du bonheur à quelqu’un, tout en laissant l’autre rester lui.
    Il est plus difficile d’aimer les tyrans, les orgueilleux, les vaniteux, alors qu’ils sont peut être parmi les plus malheureux, ceux qui cheminent dans l’ombre totale.
    Pouvoir aller dans leur obscurité, les chercher et n’attendre que de l’ingratitude, voire de l’agressivité.
    En effet, c’est bien plus difficile. C’est là qu’il faut s’accrocher, sans relâche, mais sans acharnement.

    Oui, cette phrase de St Jude parle de cela : « continuer même lorsqu’il n’y a plus d’espoir ».

    Si seulement, les êtres humains parvenaient à se construire sans avoir ce besoin d’en détruire d’autres.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s